Physique Chimie
  | Accueil |         
  Melzani M.,
lycée Raoul
Follereau,
Belfort
CPGE PTSI :  |  documents cours |  TP, DS, maths... |  colles |  cahier texte |  concours |  actualités | 
Autres :       |  archives cpge 2016-18 |  agrégation |  expériences diverses, points théoriques |  liens | 
Dossiers :     |  épistémologie et histoire |  incertitudes de mesure |  plasmas |  unités | 

  Autour du fonctionnement des sciences physiques/

Rubriques :

Une introduction au fonctionnement des sciences physiques |

Exemples de diagrammes des deux mondes |

Histoire des sciences : une chronologie (page en construction) | ← vous êtes ici




Introduction : pourquoi une histoire des sciences ?

L'histoire des sciences physiques n'est pas nécessaire à leur pratique.

Contrairement au philosophe ou au sociologue, le physicien peut se passer de connaître l'histoire de sa discipline. Ceci explique pourquoi les physiciens s'y intéressent si peu, ou que lorsqu'ils s'y attardent cela prenne souvent l'aspect d'un loisir, d'un petit plus réservé à ceux qui en ont le temps et l'envie. Et pourtant, la connaissance des succès et des erreurs du passé ne peut-elle pas guider vers de nouvelles découvertes ? Il n'est peut être pas un hasard si les physiciens les plus prolifiques sont aussi ceux qui la connaissent bien. Ainsi en est-il d'Albert Einstein, fin connaisseur d'histoire et de philosophie, d'Emilio Ségré (prix Nobel, auteur de livres sur l'histoire de la physique), d'Heisenberg et de bien d'autres.

Autre sujet, laissons le chercheur pour trouver l'étudiant : ici encore l'apprentissage de la physique n'a pas besoin d'aller de paire avec celui de son histoire. Trop de dates, de concepts aujourd'hui dépassés et de théories du passé erronées peuvent même sérieusement mener à confusion. Et lorsqu'elle est tout de même présentée dans les cours, l'histoire de la physique est parfois caricaturée : réduite à quelques grandes ruptures auxquelles on associe un scientifique, elle devient une succession de dates isolées et de figures héroïques ; ce qui est bien éloigné de la marche réelle des sciences. On dit encore que nos récits, qui ne sont pas ceux d'historiens professionnels, déforment parfois par anachronisme les propos du passé : ce que le grec Empédocle appelait lumière n'a que peu à voir avec son sens actuel, mais se réfère plutôt à un des éléments fondamentaux ; ce que nous traduisons de Démocrite par le mot "vide" n'avait pas le même sens qu'aujourd'hui, etc. On aime aussi à dire que comprendre réellement l'histoire d'un concept physique nécessite au préalable de bien comprendre ce concept, ce qui remet en cause un apprentissage de front de la discipline et de son histoire.

Et pourtant, ici encore, l'histoire peut illustrer des points clés, dont la démarche de construction du savoir qui est riche, tortueuse et complexe : coopération, travail collectif et progressif, rôle des sociétés savantes, validation par les pairs, mais aussi conflits d'intérêt et contingences historiques, financement et commandes des dirigeants, orientation des politiques de recherche, tout cela guide la marche de la science qui est - pour ce qui concerne sa construction - une entreprise sociale.

C'est ainsi que nous faisons le choix de présenter ici une chronologie de l'histoire de la physique. Ces pages s'adressent tout aussi bien au physicien curieux qu'à l'étudiant. C'est que nous pensons qu'un peu d'histoire, présentée en dehors du cours correspondant, ne peut qu'approfondir la compréhension des concepts (quoi de mieux que de comprendre la démarche de Carnot, Kelvin et Clausius pour comprendre ce qu'est l'entropie ?), et plus généralement peut éduquer à la démarche de la science. Pour tenter de ne pas tomber dans les pièges précédemment évoqués, nous avons fait plusieurs choix :

  • Les entrées sont regroupables par thèmes associés aux grandes théories "bien établies" d'aujourd'hui : mécanique classique, thermodynamique, optique géométrique, etc. Chacune de ces théories est par ailleurs - dans son état de complétion actuel - résumée par un diagramme des deux mondes dans la partie correspondante du site.

  • Pour une lecture rapide, le niveau 0 ne fait apparaître que les grandes étapes, mais afin de ne pas donner une image trop pauvre et schématique du déroulé de l'histoire, le niveau 1 affiche beaucoup d'autres entrées, montrant par exemple que la mécanique ne se résume pas à Archimède dans sa baignoire, Copernic Galilée et Newton, mais bien à une construction progressive et à des ruptures qui, si elles existent bien, sont progressives dans le temps et collectives dans les intervenants.

Bien sur, l'idée n'est pas de référencer toutes les publications scientifiques parues... et il y a donc une certaine dose de subjectivité dans le choix des entrées présentées, ainsi que dans la partition entre niveau 0 et 1.

Par ailleurs, certains thèmes ne sont pas encore complets (mécanique quantique, chimie), et il en manque d'autres (physique statistique, relativité générale, scinder la mécanique quantique en sous-théories). Tout comme l'interface graphique n'est pas tout à fait finalisée.




Chronologie par thème

Sélectionner un ou des domaines :

  • Mécanique newtonnienne

  • Relativité restreinte

  • Optique géométrique

  • Optique ondulatoire

  • Électromagnétisme (et électrostatique, magnétostatique)

  • Électricité, électronique

  • Thermodynamique

  • Compréhension de la structure de la matière

  • Mécanique quantique (inachevé)

  • Chimie (inachevé)

  • Mesures remarquables (inachevé)

  • Histoire des institutions (inachevé)

  • Relativité générale (inachevé)

  • Physique statistique (inachevé)

Et un niveau d'affichage : 0 |  1 | 


  Site version 08/2018.
 ↑↑